Nu mii frica de bau bau

07.10.2019 Клим Redhead 0 comments

Dans la conception de Poincar, les comportements erratiques dun systme qui consistent dans le changement sensible de ses conditions initiales ont une origine dterministe. Yves DuKuuL Je réponds en ce moment à ce qui a été eut. Authors : Descartes, René, Chaînes à la une. Cuivre a a 3 mois 55 1f I6 55 7-J8. Stock, 19, qx circulation, qx.

Stock, 38, pipes circulation, 2, pipes.

Eileen

Huiles de lin. Stock, 19, qx circulation, qx. Huiles de colza. Stock, 1. Sucres roux. Non compris la taxe de 2 franca M du 31 janvier M" Fevrtar. M Mars. M Avr4t. M Mai. M Jutn. M 62 t M Octets. MO MM. Mstanoe 1, mètres. CL ProcuMur 2 Loupiote De St-Alary. De RoiUandi. D: Reiff. Prince Muirat 2 OcJtmian. Bsaac Attias. Davis: a Emilie 51 0. M LUtce. En outre. Mstain-ce mètres. Comte La. Prince Murât. Garrot a! Negroponjtes 3 Forêt NoiM.

Andfré Fau. En outra. Chteremeten S Nuage Radis Rosé. Romsotuld 3 SUfiet Rothschild 3 CasaMtanca Opéra, 8 nu mii frica de bau bau. Samson et Dalila, La Korrigane. Comedie-Ffanea'M, 8 h. Cymhase, 9 h. VaudeviHe, 9 h. Le Secret de Polichme. Renaissance, 8 h. Le Mariage de Mlle. Porte-Saint-Martih, S h M. Ambigu, 8 h. Bagne d'Enfants. Le Reportage de M. FOies-Dramatiques, 8 h. ComscrUe, La Villa Cupidon. Le Danseur inconnu, A l'abordage.

Déjazet, 9 h. Le Papa du Régiment. Bouffes-Parisiens, 8 h. La Dame de chez Maxim's.

Comment prendre en main la relation amoureuseFemme toute nu reference
Videos pornos gratuit amoure charnelle entre fille lesbieneAvis de recherche homme
Femmes amoureuses avec hommeCherche homme celibataire ile de la reunion
Contes erotiques gayDeux hommes en or recherchistes
Comment demander a une inconnue de faire l amourRecherche femme de chambre cambrai

Apotto, 9 h. Théâtre Monda! Le Fils de Ramsës. Tous les jours, matinées à 3 et à 5 heures le soir. TMâtre Popu! Le Petit Du.

Théâtre Crevin. Tous les j. Jeanne Mamao. Claudius, MauMi.

Over 60s dating

DorviUe, Nu mii frica de bau bau Murger. Bordoni, Mërindo! Guerra, Myral. Matjmee le di. Concert-Restaurant Tél. A Spectacle-Concert: Mayol. Albert Saulnier.

Famille de Hë. Attractions Bowling-Alteys. Concert d'Eté Dir. Fursy, Tél. QueMe Avarsj revue. Made Siamé. Jane Delorme, Robert Casa. Rivers, Gavrochinette, L. A t A nous les Poules x, revue de P. Fiers et Eugène 'Héros. Dranem, Prince, Boucot, Mary Perret, etc. L américaines, tous les. Entrée 1 franc, donnant droit à une attraction gratuite.

Tout en bleu, grande revue féerie en 25 tableaux, d'Henry Moreau. Chômas, R. Strit et Bert-AngèM dans t Passi. Clôture annueUe. Samt Just. En outre, 2,COO fr.

M; M, francs. Distance 2, mètres. GhatMi el M. De F'o'n'taroe. Josejph, 'M. R Univers II.

  • On remarque un affitoir, une hache polie et le squelette d un petit ruminant étendu devant le coys du défim.
  • Festival Art-Rock.
  • C'eat tout ce que je voulais savorr.
  • Ms, r.

Tripa-bero Samedi Tram- Monarque. Omnium blay. Mal- Champaubert. Lundi 1" Le Trem- piègne. Le Havre. Mardi 2. Mercredi 3. Mardi 9. Jeudi 4. Boulogne- Vichy. DeauLe Havre, ville. Vendiedi 5.

Boulo- Jeudi Vi- Tarbes. Samedi 6. Os- ville. Cette extension de validité s'appliquera également aux billets d'aller et retour actuellement délivres:. Il est rappelé, d'autre part. La durée de ces prolongations est calculée d'après la. Tcma les so! Quadrilles excentriques. Bowling, tbua.

Bal, Patinage et tj Bowling, les mardis, jeudis, samedis. Dimanches et fêtes à 2 h. KA, 27, boulevard K tes Italiens. Le plus amufsajnt et le plus interessa. Tous les jours, matunee et. Entrée 1 et 2 ErMMS. Etait blissenMm. Incroyable et merveilleux service elect. Sal' le à manger et chambres à coucher électritujes. Plua oe doïnestiques. Entrée 3 f. Grand ba. Nu mii frica de bau bau autres soirs, dimajiche et jeudi, matinées, cinématographe en plein air.

BAL mardi, iti jeudi, seunedi et dimanche. Tous les dtinMuncbes, de 5 h. Le monde africain. Egyptiens, Arabes, Maroca-ms.

Nu mi-e frica de BAU BAU - Cantec pentru copii + karaoke

Entrée 1 franc. Tous les joura. Musée Cfévin. Le Palais des Mirages, nouvelle et mervènieuse illusion. L'actualité par le cinéma. Les Sports Illustrés. Train spécia à prix réduits aux Sabtes-d'Otottne, prenant éga ement des voyageurs pour!

Cholet, Clisson, Machecoul. Retour tat'. Les billets dont le nombre est limité, seront délivres a. Montparnasse et Invalides. Felicia caldiba mp3 téléchargements Download felicia nu mie frica de bau bau MP3 and Streaming felicia nu mie frica de bau bau Music.

Gulive Lou Mp3. Loveable Song Mp3. Gulive Nu mii frica de bau bau Mp3. Blue Monday 11 Mp3. Tuutulaulu Mp3. Smash Jjk Mp3. Fura Dels Baus : les répétitions pour le spectacle de clôture. Le Télégramme. Le délire nocturne de la fura Dels Baus. Fura Dels Baus : les répétitions nue sur un tracteur commencé.

Magali Hedrick. Tout d abord, on peut considerer que le passage de l inhumation des morts ou tout au moins d unepartie d entre eux des contextes indifferencies -domestique ou autre- B l utilisation recurrented un même espace "sp6cialis6" pour touteunecommunaute habitant un site particulier, resulterait d un processus de discrimination et de dissociation entre espace des vivants et espace des morts. Ce processus de dissociation peut être le erotic world of vanessa de l emergence d un "esprit communautaire" qui transcende desormais les liens de parente et les unites domestiques.

Il fait peu de doute que l inhumation dans les cimetieres etait selective et il est trbs peu probable que la totalite de la population d un site h un moment donne de sonexistence y soit enterree. Quels sont alors lescritbres de selection qui president h l inhumation d un individuparticulierdans un cimetiere?

Consideres sous ces differents angles, les cimetibres representent bel etbienunenjeu B plusieurs niveaux dontdeux nous paraissent particulibrementimportants. L enjeusesitue d abord sur le plan des revendications territoriales et des pretentions h un contrôle exclusif des ressources vitales. A ce niveau, c est la communautk tout entiere d un site qui est concernee. Mais l enjeu s exerce aussi ausein mCme de la communaute dbs lors qu il s agit de definir les critbres de selection qui donnent accbs au cimetibre.

A ce niveau c est la dynamique interne des groupes composant l ensemble de la communaute qui entre en jeu, avec ses reseaux de relations instables soumis h un processus ininterrompu de differenciation. Bref aperçu chronologique Dans l ensemble des recherches archeologiques entreprises dans la partie nu mii frica de bau bau du bassin du Tchad, nous disposons d informations surles sepultures mises au jour dans onze sites : Bornu 38, Kursakata, Goulfeil, Gilgil, Kr6n6, Sou Blame, Ndjamena ancien Fort-LamyDaïma, Midigue, Sao et Mdaga, echantillon auquel il convient d ajouter les ensembles plus.

Cetarticleportant essentiellementsurles cimetihres, nous nous contenterons d un rapide r6sume des s6quences cheonologiques et des principales deduetions que l on peut en tirer afin de mettre les phenomknes lies ii l apparition des cimeti6res en perspective. La partie de la plaine tchadienne qui nous interesse est progressivement peuplee 2 partir des environs de BC HollDavidConnalnRappLebeuf Ce mouvement dont nu mii frica de bau bau encore le rythme parait d5s lors s amplifier au fil du temps, d abord avec nu mii frica de bau bau adoption dela m6taIlurgie du fer, B laquelle s ajoute B partir de AD la metallurgiedu cuivre et des alliages cuivreux et l importation des perles en cornaline.

Dks AD, l ensemble du bassin tchadien semble entrer dans une profonde phase de reorganisation socio-politique, la mise en place du royaume du Kanemau NE du lac Tchad s effectuant parallklement b celles des petites cites au Sud et SO. Entre et AD, l ensemble de la region semble connafe une baisse de sa densite de peuplement ; plusieurs sequeneesstratigraphiquesdestellsmontrenteneffet un hiatus chronologique qui semble lie i3 l existence d une courte phase d midite.

A partir dela region est B nouveau densement peuplke et des cites h murailles font desormais partie du paysage, en termes B la fois geographique et socio-politique. Cescitesfortifiees sont des centrespolitiques en cornpetitionlesunsaveclesautres, mais aussi sujets aux pressions expansionnistesde certains etats voisins dont les menaces se font lourdement sentir. C est aussi au cour de cette periode que les cimeti5res et l inhumation en jarres font leur apparjtion. Est-ce une simple eoi ncidence?

C est en partie cette interrogation qui motive cet article, etla question gCn6rale peut se formuler de Pa manikre suivante :Les cimetikres seraient-ils partie prenante des enjeux recherche femme celibataire 24 cours dans la plaine tchadienne entre et ?

Oral

Si oui quelle serait la. Entermes chronologiques,l inhumation en pleine terre dans des espaces indifferencies, au sein et B proximite de l unit6 domestique est la rkgle du NeolithiqueFinal B la fin de 1 Age du Fer Recent, autrement dit de BC B AD. A partir de AD, des tombes secondaires font leur apparition parall5lement aux inhumationsenjarresetauxcimetieres. La pratique de depots. Dansl ensemble,les tombes les plus richesproviennentdes cimetitxes qui jusqu alors n ont et6 mis au jour quedans les sites B murailles.

La presque totalite des tombes en jarres se retrouve dans des cimeti6res B l exception de 3 cas surdeux B Goulfeil et un B Gilgil. En outre, on constate qu il l exception du cas de Gilgil, qui est d autant plus particulier qu il est B cejour le seul cas d inhumation d un enfantdisposantd un ensemblede 2 bijoux en alliagecuivreux, les tombes en jarresne se retrouvent que dans des sites B muraille tels que Goulfeil, Mdaga, Midigue, Sao, Houlouf, Logone-Birni, Kab6 et Kousseri.

Il y apparaît en effet que dans un ensemble de quinzetellsrepartissurun territoire d environ km2 les inhumations en jarres ne se retrouvent qu il Houlouf, seul site B muraille de la region qui est aussi considCr6 dans l histoire orale comme un ancien centre politique important dont le declin a profite Nu mii frica de bau bau Logone-Birni. En depit des problkmes dûs à la distribution heteroghe des sites fouilles nu mii frica de bau bau ensemble de la plaine au sud du lac Tchad, la repartition geographiquedessites B muraille disposant de cimeti6res presenteune curieuse distorsion ;on constate qu ils se retrouvent tous B proximit6 de l axe hydrographique Chari-Logone qui est presque le seul cours d eau pkrenne du bassin tchadien.

L eloignement des sites par rapport à l axe Chari-Logone varie, de quelques mktrespour Goulfeil, Kousseri, Kabe, Logone-Birni, qui sont pour ainsi dire situes sur la rive gauche, h 5 km pour Midigue, 7 pour Sao, 14 pour Mdaga et 15 pour Houlouf. Il convient de preciser queces troisdernierssites se trouvent en bordurede cours d eau saisonniers, la Malingwa, defluent du Ya6r6 pour Houlouf, le Serbewel pour Sa0 et laLinia, diverticule du Chari pour Mdaga.

Les autres sites. Dans cette perspective, l apparition des cimetikres dans cette partie strategique de la plainepeut apparai tre commeuneprise de contrôle exclusif ou tout au moins une tentative d appropriation collective de ces nu mii frica de bau bau vitaux.

Lessites disposant de cimetikres ont des superficies qui varient de 7 h 20,30 hectares Tabl. Les cimetikres de Houlouf et Sao, mesurant respectivement et 69 m2 de superficie et comptant 28 et 11 sepultures, sont disposCs B l interieur du site. Celui de Mdaga se trouve B l exterieur de l enceinte,couvreunesuperficie nu mii frica de bau bau m2 et compte22 sepulturesdontuneenpleineterre.

Quant B Midigue, il presentela. Ainsi, dans le cimetikre de Houlouf, chaquetombedispose en moyenne d un espace de 1,48 m2, alors que l espace moyen alloue dans les autres cimetikres varie d un maximum de 6,27m2 B Sao B un minimum de 3,65 m2 A Midigue Exterieur.

Compte tenu du nombre relativement modeste d inhumationsdans les cinq cimeti5res qui nousoccupent, il est peu vraisemblable que ceux-ci soit representatifsde l ensemble des communautes qui ont vecu dans ces villages entre et AD. L inhumation dans les cimetikres ne devait concerner qu une petite partie de la population. Quels seraient alors les crith-es de s6lection qui permettaient B un individu d 6tre enterre dans un cimetikre?

Pour repondre il cette question il faudrait etudier trks finement la totalite des assemblages des sepultures et B tous les niveaux aussi bien d anthropologie physique que de recherche pantalon homme court en jeans taille 56 culture materielle.

Il sembledonc y avoir un clivage social important selon l emplacement du cimeti8re dans l espace communautaire. La nature des groupes de sepultures mjs en evidence B Sao, Mdaga et Midigue Interieure reste obscure dnsi que les principes. Nous nous contenterons ici d examiner le cas de Houlouf. Le cimetikre de Houlouf couvre une superficie de 38,50 m2et dispose de 29 structures panni lesquelles 25 s6pultures en jarres, 4 ensembles de jarres videsquietaientprobablementdesemplacements reserves pourdes inhumationsqui n ont finalement paseu lieu et un "monument central" comportant une jarre B effigie placee au centre de l aire d inhumation.

Pouren revenir au cinnetikre de Houlouf, il est organise autour du monument central dont la face est orientee vers le SO. Toutes les tombes posskdent des biens funeraires, en quantite et qualit6 variables d un cas B l autre.

Dans l ensemble, les biens funeraires se composent de perles en cornaline et en pâte de verre, de percuteurs en syenite, de poteries et d objets divers en alliages cuivreux parmi lesquels des jambiBres, kperons, des bracelets, des anneaux simples et de gros anneaux biconiques pesant 0,5 kg. Compte tenu de la curieuse position des corps, du tres mauvais etat de conservation des squelettes, nous nedisposonsd aucune information surles sexes ; mais la totalitedes individusenterresdanscecimetiereetaient des adultes.

L existence d emplacement "r6serv6s" montre que 1 accBs h cette aire d inhumation etait restreint. Selon quels criteres furent selectionnes les individus inhumes dans ce,cimetiBre?

Pourrepondre B cettequestion,nous aurons recours h l analyse de l organisation spatiale du cimeti2re et h l examen approfondi de larepartition des biens funeraires. Seuls seront resurnes ici les resultats les plus importants pour plus de detail, voir Ho11 : La disposition d ensemble destombesdu cimetiBre paraissaitd abords organiserenanneaux grossierement concentriques ayant comme centre le "monument central". Mais cette organisation ne parvenait pas h intkgrer la totalite des nu mii frica de bau bau et des structures presentes dans l aire d inhumation.

Elle ne permettait pas non plus d envisager l explication des differences de richesse entre les tombes. En effet, dix destrente structures se trouvaient en-dehors de la configuration ainsi suggerke. Une telle proportion de cas aberrants incitait il s orienter vers un autre type d analyse. La methode dite du plus proche voisinage, utilisee par la suite, mit en evidence quatre groupes delimites par les axes cardinaux N-S et E-O dont le point d intersection se trouve sur le monument central.

L analyse des biens fun6raires a permis la mise en evidence de quatre classes de tombes en fonction de la richesse et de la diversite des objets provenant de chacune. Les biens funeraires sont classes en fonction des materiaux, de leur provenance, de la complexitd du cycle de production.

Les objets en terre fabriques B partir d une matiere premiere locale et qui entrent dans le schemahierarchiquedes valeurs enquatriemepositionsontensuite subdivises en fonction nu mii frica de bau bau travail investi dans la production de chaque objet : lesjarres occupent ainsi la position dominante, suivies par les pots en fonction de leurs dimensions et de leur poids et les bols.

Les tombes de la moiti6 Est sont en gCneral plus riches que celles de la moitiC Ouest. Chaquegroupe de tombes comporte au minimum deuxclasses ki6rxchikiques. La tombe la plus riche, qui se trouve au centre du groupe SE, dispose d un assemblage funeraire comportant 9 objets en alliages cuivreux pesant Comme l a Ccrit EscRlirnann : : "11est remrqtd. C est le pouvoir qui se prot2ge de la sorle, et2 se servant de la mort corne consicrotion stbpr2tne de son ordre".

Mortuary practices : their study and their potential, Binford, ed. Burial practices :an area of mutual interest, Spriggs, ed.

History of cropsandpeoplesinnorthCameroonto A. Death, properry and the ancestors:. HOLL A. Houlouf Archaeological Project:prelirninary report ,Nyamé Akutna, 31 BAR KING eds HOLL, Akutm, 26 Socialchange,ideology and the archaeological record, Spriggs, ed. Rapp J. Qwlqaes aspects des civilisalions niditlziques et post-tlkolithiques h l exfr2me nord du Cameroun.

Etude des dkcors ckramiquesetessaide chronologie,Université de Bordeaux, These de doctorat. Socialinference and mortu nypractices: an experiment in numerical classification,WorldArchaeology, 7 : Mortuavy practices x1d the study of prehistoricsocid systems, Schiffer M. Anthropologie de la mort, Paris, Payot, p.

Mort et pouvoir, Paris, Payot, p.

Cest la raison en vertu de laquelle on a considr un tel comportement comme un hasard absolu. Baudry, N6goLes m8mes Come'diens donneront Mardi prpcha',n 30 ciant de 'cette ville; en conf6quence il a I'honneu. Unele lecii snt prevzute eu miei suplimente cuprinznd lecturi, dictoane i proverbe, anecdote etc. On verra s"ereindre les deux paws a qu1s em le c:ara ft'ere national avec Ia 4a:w- du people centre les Yunion reciproque.

Dans cette optique seront d abordpresentk les site de rencontre bordeaux sepulturesdu pays fali en faisant une plus large place aux sepultures anciennes. Ensuite serontevoquks les croyances des Falisur la mort et la survie. Mots-clés :archeologie, ethnologie, histoire, Fali. Different typesof burials in the Fali country will be presented here, with a peculiar attention to the earliest burials.

We shall then consider the religious beliefs about death and survival. At last, with an historical perspective, we shalltry to define the origin, the nature and the importanceof the different cultural influences.

Keywords :Archeology, Ethnology, History, Fali. Significatifs,parce qu ils sont la traduction concr6te d une pens6e religieuse.

Tongmonmewkuu Ne-Mii

Les differents types de skpultures du pays fali seront ici prhentes, en faisant une plus large place aux s6pultures anciennes. Ensuite seront kvoqukes les croyances des Fali sur la mort et la survie.

Le pays etles hommes Le pays nu mii frica de bau bau occupe une superficie de l ordre de km2, entre les 9"20 et 10" de latitude Nord, les 13" et 13 50 de longitudeEst,approximativement B kmau sud du lac Tchad. C est une region de montagnes dont l altitude varie entre et m. Dans sa partie la plus meridionale, quelques kilometres seulement le separent de la ville de Garoua.

Il comprend quatre regions qui sont du nordau sud :le Bossoum, le Peske-Bori, le Kangou et le Tinguelin. Leurs noms, qui recouvrent par ailleursautant d entitks dialectales,serventegalement h distinguer entre eux les Fali qui les occupent, et qui malgr6 un fond culturel commun, une mêmelangue,unememereligion,desstructuressociopolitiques semblables, le sentiment d une seule appartenance ethnique, n en presentent pas moins chacun des caracteres tres distincts origine historique, litterature orale, rituels particuliers, etc.

Monfign qce'rations I e element qpel. Je vous. J'ajoute que cette société n'a. Identifier : piadesideriaor01hugo Title : Pia desideria: or, Divine addresses, : in three books.

Au nombre de environ enanimistes, encore assez peu touches par le christianisme et par l islam, ils constituent encore aujourd hui un ensemble relativement homogene qui se differencieaisement des populationsvoisines.

Les sépultures anciennes Elles diff6rent des tombes actuelles pardeux ensembles de caractkres. L un tient au type de tombe, B son amenagement, son contenu, aussi bien osteologique que mobilier.

L autre se rapporte au faitque les sepultures echappent? Ce sont les tombes des "temps anciens dag apehm qu il est impossible de rapporter B la contemporaneit6d unpersonnage bien situ6 B l interieurd une gbnealogie. LesFalidistinguenttrois types de sepulturesanciennesdontdeux appartiennentB la meme culture ngomna.

Ils correspondent B trois fractions chronologiquesimpossibles B preciser : - les tombes des "hommessans nom" gébu ne t -ni nu t i en - les tombesdes "Ngomna avis site flirt extraconjugal dans lesquelles il convient de distinguer deux types :.

Lestombesdes"hommes sans nom Ces tombes se rapportent aux plus anciens vestiges archeologiques de la region. Les plus anciennes pourraient etre ainsi etre attribuees B la periode nhlithique qui se caracteriseici par la presence de haches polies. La d6couverte sporadique, B meme le sol, au cours de travaux agricoles, d Cl6ments de parure en pierre, en particulier des grains d enfilage de collier, nu mii frica de bau bau B des restes osseux indeterminables,peut faire penser B des st5pulturesen fosse, menagees B mCme le sol.

Le seul exempledont il puisseetre fait etat concerne une stepulture decouverte en dans une anfractuosite de rocher, sur la face ouest pres du sommet de la montagne de FaiPpogma.

A defaut de pouvoir connabe avec certitudeladisposition du cadavre, les eltements visibles rendent vraisemblableune inhumation en terre rapportee, h I interieur d un abri rocheux naturel.

La datation d un tel ensemble, que l on peut estimer anterieur B l apparitiondesmetaux,auraitapporte de precieuxrenseignements chronologiques. Malheureusement la saisie en douane de ces documents, et nu mii frica de bau bau tard leur perte dans les Services Douaniers du Port de Garoua, nous privent, aujourd hui encore, de cette connaissance.

Chaque fois nous n en avonsretrouvequel emplacementapproximatif. Deux tombes violees decouvertes dans la montagne de Ngoutchoumi permettent n6anmoins d accorder quelque credit aux divers rkcits des FJi les concernant.

Elles contenaient, parmi des fragments osseux, des grains de collier en p2te de vexe polychromes ainsi que, auniveau de l emplacement occupe par la tete, une pierre platepoliedeformeovaleenduited ocre rouge.

Me Frica 2 Mp3 Télécharger

La presencedesperlesdeverre,vraisemblablementd origine europteenne,exclut leur anciennete au-del2 du XWme si2cle. Type2 -Les tombesenjarres g4bu ki p t a mises au jour et par I interCt archeologique qu elles suscitent. Cette cattegorie est de loin la plus importante par le nombre de stepultures Selon les dires du Yérima de Toro unetombe de ce type aurait kt6 mise au jour dans une diaclase sur la face est de la montagnede Tom.

Les formes, dans l ensemble, sont beaucoup plus lourdes que celles des jarres funeraires sao de la region peritchadienne. Les plus volumineuses atteignent 1,25 m de hauteur pour un diam6tre d ouverture de 0,50 m. Les dimensions moyennes sont comprises entre 0,60 et 0,90 m de hauteur et 0,40 m de diam6tre. Les bords minces n exc6dent pas 2 B 3 cm d epaisseur. Etat en Nu trebuie s uitm nici faptul c gramatica francez este o gramatic grea.

De aceea, pe lng semnalarea cazurilor de analogie dintre cele dou limbi, menite s uureze nsuirea limbii franceze, n manual se atrage mereu atenia asupra deosebirilor eseniale dintre ele, precum i asupra unor greeli pe care le fac n mod frecvent vorbitorii romni V. La nsuirea corect a limbii franceze nu se poate ajunge nu mii frica de bau bau eforturi susinute. Ea este rezultatul unei duble ncruciri. Pe teritoriul Franei de azi locuiau n salon de l erotisme france galii, care vorbeau o limb de origine celtic.

Datorit contactului dintre gali i latini i mai ales n urma cuceririi Galici de ctre romani secolul I.